SAMEDI 13 AVRIL 2019 – Lydie BARKEF et Claudio CHAIQUIN, récital de chant et deux pianos

SAMEDI 13 AVRIL 2019
20H00
ENTRÉE LIBRE

PROGRAMME

Alexandre Dargomyjski (1813 – 1869)
Je vous aimais
Voix et Piano

Piotr Tchaïkovski (1840 – 1893)
Reste près de moi
Voix et Piano

Alexandre Borodine (1833 – 1887)
Le Prince Igor : Danses Polovtsienne
Deux Pianos

Le Prince Igor : Air de Kontchak
Voix et deux Pianos

ENTRACTE

César Cui (1835 – 1918)
La Statue
Voix et Piano

Jacques Ibert (1890 – 1962)
Chanson à Dulcinée
Voix et Piano

Franz Schubert (1797 – 1828)
– Die Stadt
– Der Doppelganger
Voix et Piano

Franz Liszt (1811 – 1886)
Les Préludes
Deux Pianos

BIOGRAPHIES


Suren Shahi-Djanyan, voix de basse

Né en 1970 à Yerevan en Arménie, il reçoit dès son plus jeune âge une éducation musicale complète dans l’une des célèbres École de musique de l’ancienne Union Soviétique. Il y suit de nombreux cours de piano, de chant, d’art dramatique et de danse. Admis au Conservatoire de Musique Komitas à Yerevan, il opte pour une carrière de chant et entre dans la classe de Mariana Arountunyan.
En 1993, il s’installe en France et entre dans la classe de Jane Berbié au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Son engagement au Centre de Formation Lyrique de l’Opéra de Paris complète ses études.
Finaliste du concours Reine Elisabeth à Bruxelles et du concours Maître de Chant Français à Paris, où il obtient le Premier Prix en 1996, sa carrière prend un essor international. Au festival Haendel, à Halle, il chante avec les Musiciens du Louvre le rôle du roi dans Ariodante sous la direction de Marc Minkowski et participe à la production mise en scène par Robert Wilson de Pelléas et Mélisande à l’Opéra de Paris sous la direction de James Conlon. C’est dans cette production qu’il débute en 1997 au festival de Salzbourg, cette fois-ci sous la direction de Sylvain Cambreling. Le théâtre Cervantes à Malaga l’engage pour le rôle de Hérode, dans L’Enfance du Christ de Berlioz.
En 1998, il revient au festival de Salzbourg pour chanter dans le nouvelle production de Don Carlo de Verdi, mise en scène par Herbert Wernicke et dirigée par Lorin Maazel. À la Scala de Milan, il est l’un des protagonistes de la création mondiale de Carillon de Aldo Clementi, sous la direction de Zoltan Pesco et Giorgio Marina. Il chante successivement à l’Opéra d’Avignon, à l’Opera de Tours et à l’Opéra de Nantes.
Durant le Festival d’Aix-en-Provence de 1999, Suren Shahi-Djanyan chante dans les madrigaux amoureux et guerriers de Monteverdi, sous la direction de Marc Minkowski. Il est le roi d’Égypte dans Aïda à Nantes, Rennes et Angers et participe à deux autres productions de l’Opéra de Nantes, la création mondiale de Till l’Espiègle de Karetnikov, et Salomé de Richard Strauss. 
En 2000, il chante le rôle du vieillard hébreu dans Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns à l’Opéra de Marseille. L’Armenian Philharmonic Orchestra et son directeur artistique Eduard Topchjan l’invitent à Yerevan, où il chante le rôle de Ramfis dans Aïda de Verdi et le rôle de Don Basilio dans Il Barbiere di Siviglia de Rossini. L’Opéra de Francfort l’engage pour le rôle de Colline dans La Bohême de Puccini. 
Il se produit régulièrement dans différents pays et effectue des récitals à Munich, Los Angeles, Le Caire, Moscou, Saint-Petersbourg, Nantes (Les Folles Journées) et à Bruxelles au Théâtre de la Monnaie. 
Pour son enregistrement des Vingt mélodies de Tchaïkovski « d’une chaleur et d’une souplesse rares qui font merveille tout au long de ce récital composé avec un art raffiné » (Répertoire), Suren Shahi-Djanyan vient de gagner le Prix Fischer-Dieskau de l’Académie du Disque Lyrique.

Lydie Barkef, pianoLydie Barkef

 Lydie Barkef, pianiste, est titulaire d’un Premier Prix de Piano, d’une licence d’Enseignement, d’une licence de concert et d’un Premier Grand Prix International de Piano de Vienne (Autriche ).
Mais c’est à l’éminent pédagogue Jean Fassina qu’elle doit l’épanouissement de son talent de soliste.
En maintes occasions, elle a été la soliste de manifestations musicales organisées dans divers pays d’Europe, notamment celles du Club des Amis des Arts et des Lettres de Paris et celle de l’ organisation artistique du Marché Commun.
En France, comme à l’étranger (Suisse, Italie, Tunisie ), elle a eu l’honneur d’interpréter en création des œuvres de Hovhanessian, Jean Louis Belgrand, Roger Calmel, Germaine Tailleferre, Maurice Journeau.
L’activité de Lydie Barkef ne se limite pas à ses récitals. Elle donne aussi des concerts, avec l’hautboïste Jacques Vandeville, le violoncelliste Frédéric Lodéon, le Choeur de Garçons de l’Opéra de Paris, le baryton Michel Piquemal, les comédiens Tony Jacquot et Michel Leroyer de la Comédie Française, le Quatuor à Cordes de l’Ensemble Instrumental J.W Audoli, l’Orchestre à Cordes des Jeunes d’Ile de France, le violoniste Frédéric Moreau, l’Ensemble à Cordes Les Virtuoses de France, les Musiciens de l’Orchestre de Paris, le Violoniste Patrice Fontanarosa, l’Orchestre de la Cité, L’Orchestre Symphonique Bell’Arte. Elle est l’interprète de la musique de Nicolas Vassiliev pour la pièce Agatha de Marguerite Duras à la Comédie Française.
Son rayonnement a été officiellement reconnu par la ville de Levallois qui lui a décerné la Médaille d’Or pour son activité artistique et pédagogique dans la cité. Elle est membre du Jury aux Concours Inter-Conservatoires, Invitée d’Honneur de la Fondation Brahms à Baden-Baden. Elle a aussi développé une large activité culturelle en Suisse, au sein du Fonds Georges Haenni, en qualité de membre de Direction Musicale des Semaines Musicales de Crans. Elle a participé aux concerts Espace 2 de la Radio Suisse Romande. Zermatt (Valais, Suisse) l’a invitée à se produire en récital dans ses saisons Prestige de la Musique. Elle est membre de la Société Suisse de Pédagogie Musicale.
Elle donne des récitals au bénéfice d’associations humanitaires : Fondation de l’Enfance, Association Française contre les Myopathies (Téléthon) Association Adicare (Prof. Cabrol), etc. La délégation parisienne de l’Ordre de Malte sollicite également son concours pour promouvoir le développement de son œuvre.
Pour le Cinquantenaire de la Libération, elle participe au Concert de la Commémoration avec l’Orchestre Symphonique de la Garde Républicaine de Paris sous la direction de son Chef, le Colonel Roger Boutry. Elle est également invitée en soliste par cette même formation au Concert Mémoire « Vivre et Survivre ».
Dans le cadre de l’année de l’Arménie en France, elle se produit à la salle Cortot, et permet au public de découvrir la richesse de la musique arménienne. Elle interprète à cette occasion du grand répertoire en première audition (Deuxième concerto de S. Elmas)
Elle est régulièrement à l’affiche des cycles de concerts Autour du piano et favorise l’interprétation des œuvres à deux pianos, avec la complicité du pianiste argentin Claudio Chaiquin. Elle ne manque pas de faire découvrir  un répertoire peu connu.
Lydie Barkef est Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.


Claudio Chaiquin, piano

Pianiste franco-argentin, Claudio Chaiquin est né à Buenos Aires en 1961. Il a été formé par la pianiste Dora Castro au Conservatoire « Manuel de Falla » de sa ville natale. Il devient très vite l’un des talents les plus prometteurs de sa génération : lauréat du Concours jeunes Solistes de la Radio Nationale d’Argentine, il se produit avec orchestre au Théâtre « Coliseo » de Buenos Aires.
Remarqué par Magda Tagliaferro, il viendra en Europe sur ses conseils. À Paris, il continuera sa formation sous la direction de Dominique Merlet et Marie-Claude Équoy. Il obtiendra une distinction spéciale au Concours Claude Kahn qui lui permettra de se produire en tant que soliste à la grande salle du Palais de l’Unesco en 1987. Puis en 1989, disciple et assistant d’Aquiles delle Vigne à l’École Normale de Musique de Paris « Alfred Cortot », il obtiendra le Diplôme Supérieur d’Exécution de cette école. L’année suivante, il est admis au Concours Marguerite Long de Paris.
Il  obtiendra  ensuite  le  Premier  Prix  (ex-aequo)  du  Concours International « Vincenzo Bellini » de Caltanissetta 1991, en Sicile. En 1993, il  sera  brillamment diplômé à  l’issue  du  concours général  du  Rotterdam Conservatorium. Il sera invité également au Palm Beach International Piano Compétition 1994. En 1995 et en 1996, il s’est produit à l’Opéra de Monte Carlo dans le cadre du Concours International World Piano Masters de Monaco. Il a également été nommé Chevalier des Arts et Lettres.
Il  s’est produit dans différentes villes du  monde dont : Rome, Liège, Rotterdam, Paris, Nice, Acireale, Buenos Aires. La Plata, Mendoza. Il a joué en qualité de soliste, au Teatro Golden de Palermo, en Sicile, sous la direction de José Serebrier avec l’Orchestra Sinfonica Siciliana, avec l’Orchestre National de Lithuanie sous la direction de Armando Krieger et avec l’Orquesta de San Luis, en Argentine. En 1998, il a interprété le 5ème Concerto de Beethoven sous la direction de Francisco Perales à Buñol, Valencia (Espagne). Il a récemment interprété le Concerto en ré mineur de Bach, et les Variations de Daniel-Lésur sous la direction de Bernard Calmel.
En France, il s’est déjà produit, en 1993, au Festival Liszt de Braux-Sainte-Cohière en Champagne. Il s’est présenté, en 1999, au Palais de Congrès « Atlantia » de La Baule. Lauréat de la Fondation Cziffra, il s’est récemment produit à la Chapelle Saint Frambourg de Senlis.
L’un de ses concerts à la Scala de San Teimo, à Buenos Aires, a été enregistré par la chaîne de télévision « Canal a », et a été retransmis à toute l’Amérique Latine.

Concerts passés
76 rue de la Verrerie, 75004 Paris Carte