DIMANCHE 3 FÉVRIER 2019 – Ensemble SÉSAME, quatuor à cordes et piano

DIMANCHE 3 FÉVRIER 2019
16H00
ENTRÉE LIBRE

MAURICE RAVEL PAR L’ENSEMBLE SÉSAME
C’est l’année Ravel pour l’Ensemble Sésame !
Peu d’ensembles ont le loisir de s’attaquer à l’intégrale
pour musique de chambre de ce compositeur complexe et captivant,
le compositeur du Boléro, l’œuvre la plus jouée au monde.

PROGRAMME

Maurice Ravel
Ma Mère l’Oye
Sonate pour violon et violoncelle
Quatuor à cordes en fa majeur
Trio en la mineur pour piano, violon et violoncelle

L’ENSEMBLE SÉSAME

Le Quatuor Sésame est né en 2013 sous l’impulsion d’Udo Reinemann, pour un projet autour de Franz Schubert durant son festival les « Heures Romantiques entre Loire et Loir », et s’est rapidement élargi en Ensemble avec le pianiste Julien Le Pape. Ces cinq musiciens basés à Paris se sont croisés à travers différentes formations de musique de chambre dans le passé, pour aujourd’hui former un groupe de personnalités fortes et variées, réunies par cette cohésion rare qui permet à un ensemble d’atteindre une unité emplie de reliefs dans le fond comme dans la forme. Afin d’explorer le répertoire de Haydn à nos jours, Ann-Estelle Médouze (premier et second violon), Naaman Sluchin (premier et second violon) , Barbara Giepner (alto et piano), Maitane Sebastián (violoncelle) et Julien Le Pape (piano) s’unissent dans un même élan passionné, inspirés par la diversité culturelle de leurs origines française, lituanienne, polonaise, israélienne, allemande, antillaise, basque et espagnole, et leurs engagements humanitaires et environnementaux. Les Sésame peuvent ainsi proposer dans un même concert un programme qui va du duo au quintette.
Ils deviennent aussi l’équipe de direction artistique du nouveau festival « Les Sésameries » de Mirmande et ont participé au premier court-métrage musical de Jakez Hubert.
La discographie de chacun est largement saluée par la critique et leur réunion ouvre la porte à de nouvelles perspectives musicales aussi profondes qu’ambitieuses.

Ann-Estelle Médouze, violon

Lauréate du concours National de Radio France à treize ans, Ann-Estelle Médouze étudie principalement auprès de Tibor Varga en Suisse, Pinchas Zukerman à la Manatthan School of Music de New York ainsi que Jean-Jacques Kantorow au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Elle est également lauréate du concours International «Vaclav Huml » à Zagreb en 2001 et du prestigieux concours Long Thibault à Paris en 2002 pour la meilleure interprétation de l’œuvre de Mozart (Prix Serge Den Arend).
Depuis 2004, elle est violon supersoliste de l’Orchestre national d’Île-de-France ; c’est ainsi qu’elle est souvent appelée à occuper ce poste au sein de formations telles que le Rotterdam Philharmonic, l’Orchestre de chambre de Paris, l’Orchestre du Centre National des Arts d’Ottawa, le Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre de la Monnaie à Bruxelles.
En tant que soliste, elle a joué sous la direction de David Gilbert au Carnegie Hall de New York, Pinchas Zukerman, Emil Tabakov, Takuo Yuasa, … et avec le Baltimore Symphony Orchestra, le Civic Orchestra of Chicago, l’Orchestre National du Venezuela, l’Israël Sinfonietta Beer-Sheva, l’Orchestre National de Lyon… Également passionnée de musique de chambre, elle est l’invitée de prestigieux festivals et se produit aux côtés de Pinchas Zukerman, Itzhak Perlman, Roland Pidoux, Michel Strauss…
Elle est, depuis 2013, professeur au pôle d’enseignement supérieur de la musique de Seine Saint-Denis (« Pôle Sup 93 »).

Naaman Sluchin, violon

Né dans une famille de musiciens, Naaman Sluchin s’est tout naturellement dédié au violon. Il est un passionné de nouveauté et de diversité, et cela s’est reflété tout au long de sa carrière artistique.
Pendant sept ans, il fera partie du quatuor Diotima (qu’il quittera en 2011). Brassant les répertoires
classiques et surtout contemporain, avec une multitude de créations, le quatuor se sera produit dans les salles et festivals les plus prestigieux, et aura enregistré des disques acclamés par la critique, notamment Musique Américaine (Reich – Crumb – Barber) produit par Naïve en octobre 2011 ainsi que les Quatuors de Janáček (Diapason d’or de l’année, Choc de Classica).
2013-2014 se révèlera une saison de renouveau pour le violoniste franco-israélien. Invité en tant que violon solo dans divers projets d’orchestre, notamment avec la Chambre Philharmonique ou le Dresden Festspielorchester, il joue en duo avec la pianiste Dana Ciocarlie, et se produira pour la troisième saison consécutive dans le spectacle musical « Haim, à la lumière d’un violon » donné pour quinze représentations à la Salle Gaveau, aux côtés de la comédienne Mélanie Doutey.
Depuis 2010, Naaman Sluchin consacre aussi son temps à l’enseignement en intégrant le Conservatoire Royal de Bruxelles. Parallèlement, il a été diplômé en violon baroque au sein de la classe d’Amandine Beyer, à la Schola Cantorum de Bâle

Barbara Giepner, alto

Née en Allemagne, Barbara Giepner débute ses études musicales avec le piano, avant de commencer le violon puis l’alto. Au cours de sa formation d’altiste, elle suit l’enseignement d’Émile Cantor, Matthias Buchholz et Jean Sulem. Après avoir obtenu son diplôme de master d’alto au CNSMD de Paris (Mention Très Bien à l’unanimité avec les félicitations du jury), elle y continue sa formation en troisième cycle (Diplôme d’Artiste Interprète).
Elle est titulaire d’un master de piano (Mention Outstanding) à la Royal Academy de Londres, lauréate du Concours Européen de Piano à Brême, du concours Jugend musiziert dans les catégories piano solo, musique de chambre et violon solo ainsi que de l’Académie de Piano et d’Alto de Daun. En trio avec sa soeur et son frère, elle est lauréate à deux reprises du concours international Charles Hennen. Ses partenaires de musique de chambre sont entre autres la violoncelliste Marie Ythier, le Quatuor Coryfeye et le Quatuor Pražák. Passionnée de musique contemporaine, elle participe en tant qu’alto solo au Lucerne Festival Academy Orchestra dirigé par Pierre Boulez en 2008, et elle joue régulièrement dans l’Ensemble TM+. Son premier disque, Sphère(s)…, est consacré à des œuvres de Jean-Sébastien Bach, Garth Knox, Kaija Saariaho, ainsi qu’à plusieurs créations.
Depuis 2011, elle a réussi les concours de recrutement aux postes d’alto co-solo du London Philharmonic Orchestra, de la Philhamonie Royale d’Anvers et du BBC Philharmonic. Barbara Giepner est soutenue par l’ADAMI.

Maitane Sebastián, violoncelle

À la fois Première nommée à l’ORBCB à l’âge de 18 ans puis à l’OPPB à l’âge de 21 ans, membre de l’Ensemble de violoncelles parisien Nomos pendant plus de cinq ans, Maitane Sebastián débute aussi très tôt l’enseignement dès ses dix-neuf ans. Aujourd’hui Professeur d’Enseignement Artistique titulaire, elle enseigne depuis plus de quinze ans le violoncelle, la musique de chambre et dirige l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de la Baie de Somme (80). Son parcours atypique l’a menée à expérimenter de nombreux courants musicaux et à faire des rencontres qui ont marqué son jeu et sa vision musicale, comme les violoncellistes Gary Hoffman et Christophe Roy, le baryton Udo Reinemann, l’improvisateur Thierry Madiot ou encore les compositeurs Michel Sendrez et Mauricio Kagel. Maitane
Sebastián se produit aujourd’hui régulièrement seule, en musique de chambre ou en soliste avec orchestre, avec le Midland Symphony Orchestra (Royaume-Uni), le Vignolle Ensemble (Pays-Bas), à la Salle Gaveau, la Salle Cortot, le Festival de Violoncelle de Beauvais, le Théâtre Lyrique de Cagliari (Italie), La Bâtie Festival à Genève (Suisse), le Festival Voix Intimes à Tournai (Belgique), le Festival de Musique Classique de Peñiscola (Espagne)… Ses partenaires de musique de chambre privilégiés sont le Quatuor Sésame, le pianiste Julien Le Pape (Duo Parhélies) et le guitariste Sébastien Llinares (Duo Anhelo). Ses nombreux enregistrements allant de Bach aux musiques d’aujourd’hui ont été loués par la presse : Le Monde de la Musique, Classica, Diapason, Charles Cros…
Elle joue un violoncelle copie de Giuseppe Guarneri père fait par Frédéric Chaudière.

Julien Le Pape, piano

Né en 1980, Julien Le Pape découvre le piano à l’âge de huit ans. Admis en 1995 au CNSMD de Paris, il y reçoit l’essentiel de sa formation, et obtient un Premier Prix dans quatre disciplines : piano, musique de chambre, harmonie et accompagnement. Il suit par ailleurs les masterclasses de Jean-Claude Pennetier, Jean-François Heisser, François-René Duchâble, Leon Fleisher.
En 1999, il est finaliste au Concours Clara Haskil à Vevey-Montreux, et interprète le 4e Concerto de Beethoven sous la direction d’Emmanuel Krivine. En 2003, il reçoit le Prix d’encouragement de la Fondation Geza Anda pour sa prestation au Concours Geza Anda à Zürich.
Passionné par l’activité de soliste autant que par celle de chambriste, Julien Le Pape se produit régulièrement à Paris (Musée d’Orsay, Salle Pleyel, Église et Musée des Invalides, Orangerie de Bagatelle, Théâtre du Palais-Royal), en France (Festival Radio France à Montpellier, Festival Chopin à Nohant, Lisztomanias à Châteauroux, Ravéliades à Ciboure, Chartres en plein chant, Festival de violoncelles de Beauvais) et à l’étranger (Hanovre, Société Chopin à Vienne, Naples, Salerne, Aberdeen, Cambridge, Tonhalle à Zürich, Osaka, Tsuda Hall à Tokyo).
Membre de TM+ et de l’ensemble Sésame, il se produit avec plusieurs orchestres (Concertos de Mozart, Rachmaninov, Triple concerto de Beethoven à la Cité de la Musique, Double concerto de Mendelssohn avec l’Orchestre National d’Île-de-France), et collabore à des projets mêlant théâtre et musique, notamment avec Didier Sandre, Ludmila Mikael, Fanny Cottençon, Shiro Saito.
Julien Le Pape a enregistré un disque pour piano solo à Tokyo, consacré à Debussy et Poulenc, ainsi que deux disques avec le trompettiste Romain Leleu (labels Indesens et Aparté).
Il est également professeur d’accompagnement et de lecture à vue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Boulogne-Billancourt.

Concerts passés
76 rue de la Verrerie - 75004 Paris Carte