DIMANCHE 26 JANVIER 2020 – Ensemble MEDEA

DIMANCHE 26 JANVIER 2020
16H00
ENTRÉE LIBRE

VATER UND SÖHNE, BACH
Extraits de cantates et sonates
de Johann Sebastian Bach, Carl Philipp Emanuel Bach
et Johann Christoph Friedrich Bach.

PROGRAMME

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Ich hatte viel Bekümmernis, BWV 21
Duo pour soprano et basse avec continuo : « Ach Jesus (…) Komm, mein Jesu »
Air pour soprano avec hautbois et continuo : « Seufzer, Tränen, Kummer, Not »

Tritt auf die Glaubensbahn, BWV 152
Récit pour basse avec continuo : « Es ärgre sich die kluge Welt »
Duo pour soprano et basse avec hautbois et continuo :
« Wie soll ich dich, Liebster der Seelen, umfassen ? »
Air pour basse avec hautbois et continuo : « Tritt auf die Glaubensbahn »

Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
Sonate pour hautbois avec continuo en sol mineur, H 549

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Jauchzet Gott in allen Landen, BWV 51
Récit et air pour soprano avec continuo :
« Wir beten zum dem Temple an (…) Höchster, mache eine Güte »

Barmherziges Herze der ewigen Liebe, BWV 185
Récit et air pour basse avec continuo :
« Die Eigenliebe schmeichelt sich (…) Das ist der Christen Kunst »

Johann Christoph Friedrich Bach (1732-1795)
Sonate pour violoncelle avec continuo en la majeur

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Wachet auf, ruft uns die Stimme, BWV 140
Récit pour basse avec continuo : « So geh herein zu mir, du mir erwählte Braut »
Duo pour soprano et basse avec hautbois et continuo : « Mein Freud ist mein »

L’ENSEMBLE MEDEA

Léa Bellili, soprano

Léa Bellili débute la musique par le violoncelle avant d’intégrer l’Académie Vocale de Paris dirigée par Iain Simcock. Par la suite elle entre au conservatoire en classe de chant pour suivre l’enseignement de Yann Toussaint puis de Mickaël Mardayer.
En parallèle elle participe à de nombreuses masterclasses avec notamment Stéphane Fuget, Claire Lefillîatre, Alain Buet, Jean-Paul Fouchécourt, Jean-Pierre Furlan, Béatrice Uria-Monzon, Regina Werner et Michèle Crider ; elle participe également à l’Académie du Festival de Sablé-sur-Sarthe en 2016 et 2017 avec Isabelle Poulenard.
Elle débute avec l’Ensemble La Mascarade à l’été 2017 et intègre l’ Opéra-Studio des Maîtres-Sonneurs à Toulouse pour la saison 2017/2018, avant de participer à L’incoronazione di Poppea de Claudio Monteverdi en août 2018 dans le cadre du Berlin Opera Academy.
Durant la saison 2018/2019, elle rejoint la classe de perfectionnement en musique ancienne de Jérôme Correas, avant de participer cet été à plusieurs concerts avec L’Ensemble Travelling by et Le Temps Suspendu, ainsi que l’Académie jeunes chanteurs de l’Ensemble Aedes dirigé par Mathieu Romano en partenariat avec la Cité de la Voix à Vézelay en juillet 2019. De plus, elle crée son propre ensemble, Medea, en mai 2019.
Actuellement elle travaille avec Ulrike Hofbauer à la Schola Cantorum Basiliensis, ainsi qu’avec Anne Le Coutour.

Maxime Saïu, baryton-basse

Né à Valenciennes, Maxime Saïu commence la musique à l’âge de cinq ans. Il débute son apprentissage instrumental avec le trombone, puis la trompette pendant six ans, et enfin la contrebasse. Après l’obtention de son baccalauréat scientifique, il étudie la musicologie à la Sorbonne, et intègre la classe de chant lyrique du conservatoire du XIVe arrondissement. Il obtient son Diplôme National Supérieur de Musicien en 2018 à Paris.
Amoureux de théâtre et d’art dramatique, c’est dans l’opéra que Maxime se fait premièrement remarquer pour son jeu, aussi bien dans des rôles dramatiques que comiques. Il interprète Cléante et Pluton (Alceste de Jean-Baptiste Lully) avec le Parlement de Musique (dir. Martin Gester), mais aussi Noé (Noye’s Fludde de Benjamin Britten) au Théâtre du Châtelet sous la direction de Lionel Sow, en passant par Masetto/le Commandeur (Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart) à l’Abbaye de Royaumont, et Seneca (L’Incoronazione di Poppea de Claudio Monteverdi) au Festival du Comminges.
Il est également soliste d’oratorio, interprétant la partie de basse solo dans la cantate BWV4 « Christ lag in Todesbanden » de Jean-Sébastien Bach à Versailles, sous la direction de Pierre Cao ; dans Jephte de Giacomo Carissimi à la Cathédrale Notre-Dame de Paris ; dans les Membra Jesu Nostri de Dietrich Buxtehude avec l’ensemble Sagittarius ; ou encore avec le Chœur Régional d’Auvergne, dans un concert dédié à la Reine Mary (Henry Purcell) à Clermont Ferrand, et prochainement dans la partie soliste du Dona nobis pacem de Ralph Vaughan-Williams.
En 2013, Maxime est admis au sein du chœur d’adultes de la Maîtrise Notre Dame de Paris, où il suit l’enseignement de Rosa Dominguez. C’est dans cette formation prestigieuse que Maxime découvre la discipline qui deviendra sa spécialité : l’interprétation des musiques anciennes en ensemble.
Il co-fonde plusieurs ensembles, dont l’ensemble Cosmos, lauréat de la fondation Royaumont, qui se produit notamment aux Musée d’Orsay, Festival de Royaumont, Collège des Bernardins et prochainement au Festival d’Art Sacré de Senlis. Différentes formations font appel à ses talents, tels que Sagittarius, la Cordée, Correspondances, Galilei Consort, Marguerite Louise, le Concert Spirituel ou l’Ensemble Mascherina.
Il collabore également avec plusieurs chœurs prestigieux, tels que la Maîtrise Notre-Dame de Paris, le Chœur de l’Opéra de Dijon, ou le Chœur de Radio-France.

Francesco Intrieri, hautbois baroque

Francesco Intrieri débute la flûte à bec puis le hautbois moderne au conservatoire de Saint-Denis dans la classe d’Hervé Barreau. Il poursuit ses études de flûte à bec avec Bertrand Lemonnier puis Nathalie José-Audonnet, avant d’intégrer le Conservatoire à Rayonnement Régional d’Aubervilliers où il approfondit la flûte à bec et le consort de flûtes avec Françoise Defours et la musique de chambre avec Hélène Houzel et Pierre Cazes. Il y obtient en 2013 son Diplôme d’Études Musicales. Dans le même temps, il abandonne le hautbois moderne au profit de son pendant baroque, toujours sous la supervision d’Hervé Barreau. Il rejoint ensuite le Conservatoire de la Vallée de Chevreuse, où il étudie au contact de professeurs tels que Jean-Pierre Nicolas, Jean-Marc Philippe, Patrick Cohen-Akenine ou encore Pierre-Alain Braye-Weppe, et où il décroche son DEM de hautbois baroque. En 2017, il intègre la classe de Katharina Arfken au sein de la prestigieuse Schola Cantorum Basiliensis. Après y avoir obtenu son Bachelor, il étudie actuellement pour l’obtention d’un Master d’artiste interprète. Dans le cadre de ses études, il a travaillé à plusieurs reprises avec la maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles sous la direction d’Olivier Schneebeli et Fabien Armengaud ainsi qu’avec Le Concert Spirituel sous la direction d’Hervé Niquet. Des stages auquel il a participé l’on amené à étudier avec Alfredo Bernardini et Christophe Mazeaud, entre autres.
Il se produit en France et à l’étranger avec des groupes tels que les Folies Françoises, le Capriccio Français, le Concerto Barocco, Barucco, Le Caravansérail, Les musiciens du Louvre … Il joue régulièrement avec l’ensemble La Réjouissance avec qui il a enregistré un disque autour de la musique instrumentale de Georg Philipp Telemann.

Gauthier Broutin, violoncelle baroque

Gauthier Broutin débute le violoncelle à l’âge de neuf ans avec son père, avant de rencontrer Philippe Muller.
Il obtient son Master du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Raphaël Pidoux. Attiré très tôt par la musique de chambre et son répertoire, il s’y consacre très tôt, et s’y forme notamment au sein des prestigieuses académies Seiji Ozawa ou Verbier, ainsi qu’auprès des membres du trio Wanderer.
Il a régulièrement l’occasion de se perfectionner auprès de grands maîtres tels que Wolfgang Boettscher, Franz Helmerson, ou Gary Hoffman, en participant aux académies de Villecroze, Karl Flesch, Kronberg et Verbier. À Verbier, il est lauréat du Prix Firmenich, et l’Académie Karl Flesh lui décerne un Prix spécial pour son interprétation du Concerto n°2 de Joseph Haydn.
Il remporte en 2016 le Deuxième prix ainsi que le prix du public du Concours FMAJI, qui lui permettent de se produire en soliste à de nombreuses reprises avec les ensembles Furians, la Symphonie de Poche, les Bagatelles, Nouvelle Europe, l’orchestre Pasdeloup.
Il forme en janvier 2016 le Trio Cantor avec le violoniste Shuichi Okada et le pianiste Jean-Paul Gasparian, formation déjà Lauréate du Concours FNAPEC, et résidente à la fondation Singer-Polignac.
De prestigieuses programmations lui donnent l’occasion de se produire au sein d’ensembles, en musique de chambre ou en soliste : le festival « Saou chante Mozart », la saison musicale d’Arandon, le festival du Périgord Noir, la folle Journée de Nantes, le festival de l’Orangerie de Sceaux, le festival Ravel de Saint-Jean de Luz, le festival de Pâques de Deauville, le festival de la Vézère, le festival « Les Alizés » d’Essaouira, l’Académie du festival de la Roque d’Anthéron, l’émission Génération Jeunes Interprètes, le festival Jeunes Talents, le festival « Notes d’été » d’Irancy, l’ensemble « Les Dissonances » de David Grimal.
Il fait également partie de la jeune équipe du festival La Brèche d’Aix-les-bains. Il se consacre depuis 2017 tout particulièrement à la musique ancienne et au jeu sur instrument historique qu’il étudie auprès de Bruno Cocset et Christophe Coin au Conservatoire de Paris. Il a notamment déjà eu l’occasion de se produire avec l’ensemble la Diane française au festival de Sablé, avec les musiciens du Louvre, ou la Chapelle Harmonique, d’interpréter le Concerto en ut de Joseph Haydn dans la programmation de l’Académie de Vannes, ou encore de jouer en duo un programme autour de Mozart avec Christophe Coin. Son jeune ensemble  »Cet Étrange Éclat » a également remporté le concours de musique ancienne du Val de Loire.

Felipe Guerra, clavecin

Felipe Guerra commence la musique à Antofagasta, au Chili. Il fait des études de piano au conservatoire avant de rentrer au cursus supérieur de piano à l’Université Catholique du Chili. C’est au sein de cette école qu’il commence le clavecin dans la classe du professeur Camilo Brandi. En 2010, il arrive en France afin de poursuivre ses études de clavecin au Conservatoire de Boulogne-Billancourt avec les professeurs Laure Morabito et Frédéric Michel. Il se produit en concert aussi bien au Chili qu’en France (Festival de Lanvellec, Festival de Rocamadour, Le Petit Festival). En 2012, il est invité en Lituanie en tant que claveciniste et directeur musical de l’ensemble Baroko Duetas au Musée National d’Histoire et au Palais de Birzai. Puis, une deuxième fois auprès de l’Orchestre et Solistes du Théâtre de l’État de Kaunas.  Diplômé du Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris en 2017 en clavecin et basse continue, il participe aujourd’hui à des productions des Folies Françoises, à l’Ensemble Zene, à l’Ensemble Castelkorn, aux Cris de Paris, entre autres.

Planifié Concerts passés
76 rue de la Verrerie - 75004 Paris Carte