CONCERT ANNULÉ – DIMANCHE 22 NOVEMBRE 2020 – Naoko MATSUI, soprano (et Zoé HOYBEL, piano)

CONCERT ANNULÉ
EN RAISON
DU CONFINEMENT

MES CHANTS PRÉFÉRÉS DE L’EUROPE AU JAPON
Cette année est terrible et triste pour tous,
et plus spécialement pour nous les artistes.
C’est dans ce contexte, que j’ai l’honneur de chanter
dans cette merveilleuse église au cœur de Paris
et que j’ espère vous apporter du réconfort et de la joie
en vous interprétant mes chants favoris
qui vous feront voyager de l’Europe au Japon.

PROGRAMME

Gioachino Rossini
« Una voce poco fa »
(extrait du Barbier de Séville)

Antonio Vivaldi
Sposa son disprezzata

Ave Maria dit de Guilio Caccini

Georg Friedrich Haendel
Lascia ch’io pianga
(extrait de Rinaldo)

Yamada Kōsaku
La cloche sonne

Ohno Tadasuke
Fleur d’une nuit

Yamada Kōsaku
Libellule rouge

Wolfgang Amadeus Mozart
Ave verum corpus

ENTRACTE

Chansons des longs-métrages du Studio Ghibli

Taniyama Hiroko
« Teru’s Song »
(extrait des Contes de Terremer)

Joe Hisaishi
« Mononoke Hime »
(extrait de Princesse Mononoké)

Joe Hisaishi
« Tonari no Totoro »
(extrait de Mon voisin Totoro)

Jules Massenet
Ave Maria

Andrew Lloyd Webber
Pie Jesu

Giacomo Puccini
« Vissi d’arte, vissi d’amore »
(extrait de Tosca)

Charles Gounod
Ave Maria

BIOGRAPHIES

Naoko Matsui, soprano

Après un parcours scolaire classique à Tokyo, sa ville natale, Naoko décide d’entreprendre une carrière musicale. Sa voix déjà prometteuse lui ouvre les portes du mythique Tokyo College of Music d’où elle sort major de sa classe. Elle fait ses premières apparitions dans le cadre des prestigieux Concerts Yomiuri destinés à promouvoir les jeunes espoirs de la musique.
Les Prix gagnés dans de nombreux concours confirment le talent de Naoko (par exemple, au 28e Bunka Radio Broadcasting Music Competition, aux 18e et 20e Concours vocaux italo-japonais et au 51e Concours musical du Japon).
En 1994, Naoko poursuit sa formation à Milan et obtient, en 1998, ses premiers rôles : Frau Fluth dans Die lustigen Weiber von Windsor, le rôle-titre dans Madame Butterfly, Lady Fiametta dans Boccaccio, Violetta dans La Traviata, Susanna dans Les Noces de Figaro, Lucy dans The Telephone ou encore Angele dans Der Graf von Luxembourg.
De 1988 à 2008, Naoko institue un récital annuel, le Naoko no Kigaru ni Classic Shima Show ou, dans un style très chaleureux, elle fait participer le public afin de briser le moule conventionnel du concert par une approche plus ludique de la musique classique.
De 1993 à 2008, le succès de son dîner de Noël au Grand Prince Hotel de Tokyo ne se dément jamais.
À la suite d’un représentation à Shanghai en 2005, Naoko Matsui enchaîne une longue série de concerts en Chine, et notamment à Pékin. Elle organise, en 2009, un concert de charité au profit des victimes du terrible tremblement de terre du Sichuan en faisant appel a de grandes sociétés japonaises. À la même époque, elle invite de nombreux talents chinois à participer à ses concerts au Japon. Ses multiples contributions en faveur de l’amitié entre la Chine et le Japon, par le langage de la musique qui ne connait pas de frontières, lui valent d’être citée par les autorités chinoises parmi les « Soixante personnalités ayant hautement contribué à l’amitié sino-japonaise ». C’est ainsi qu’elle eut l’honneur d’être invitée à se produire au Palais de l’Assemblée du Peuple pour le 60e anniversaire du Traité d’amitié entre les deux pays.
Après un concert au Grand Théâtre National de Pékin en 2012, Naoko décide d’explorer d’autres rivages et choisit l’Europe.
Des relations avec l’Orchestre de Massy et des solistes de l’Opéra de Paris aboutirent a l’organisation d’un concert à la Salle Gaveau en 2011. L’excellent accueil du public milita en faveur de la poursuite de son partenariat avec ce remarquable orchestre.
Ainsi, l’année suivante, Naoko se produit au Châtelet, à l’Opéra de Massy puis a Yerres, enfin à Évian (accompagnée, pour cette occasion, par l’Orchestre Symphonique de Lyon).
En 2013, après un concert à l’Oratoire du Louvre à Paris a l’occasion du Nouvel An, Naoko donne un récital à la Salle Cortot avec le talentueux pianiste albanais Genc Tukici. Récital suivi de concerts à l’Opéra de Vichy et au Victoria Hall de Genève. L’année se termine avec deux représentations dans ces sanctuaires immuables de la musique : le Musikverein de Vienne et le Mozarteum de Salzbourg.
En 2014, Naoko décide de donner plus d’importance à la communion avec le public en choisissant des salles plus petites (sans sacrifier à la qualité de l’acoustique !) et prend le parti d’ajouter à son répertoire classique des pièces inédites françaises, japonaises ou chinoises. Devant l’engouement croissant du jeune public, elle décide également d’inclure dans son répertoire la musique des studios Ghibli.
Naoko habite à Paris, la ville au monde qu’elle préfère, et retourne régulièrement donner des concerts au Japon.

Retrouvez toutes son actualité sur : https://naoko-matsui.com/

Zoé Hoybel, piano

Zoé Hoybel débute l’étude du piano à l’âge de six ans dans la classe d’Olivier Peyrebrune au Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Caen, y obtient dix ans plus tard la Médaille d’or et clôt son cursus caennais en interprétant le Concerto pour piano Op. 54 de Robert Schumann sous la direction de Jean-Louis Basset. Elle poursuit ensuite ses études au CRR de Paris (dans la classe de Carine Zarifian) et se voit attribuer, en 2009, le Diplôme d’Études Musicales (DEM) avec mention Très bien à l’unanimité et avec les félicitations du jury. Elle a également le privilège de se perfectionner durant huit années aux côtés du pianiste et compositeur argentin Carlos Roque Alsina. Elle intègre ensuite le Conservatoire royal de Bruxelles (CrB (dans la classe de Jean-Claude Vanden Eynden) et y termine un premier Master spécialisé avec Grande Distinction en 2013 dans la classe de Johan Schmidt.
Parallèlement à son activité de pianiste soliste, Zoé Hoybel se passionne très rapidement pour la musique de chambre (en étant pianiste du Collectif Arsys) et pour l’accompagnement de chanteurs. Elle décide alors d’entamer un deuxième Master spécialisé en Piano d’accompagnement (au CrB, dans la classe de Philippe Riga) et a très vite l’opportunité de faire ses premiers pas en tant que pianiste accompagnatrice, d’abord dans le Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart (Association Nei Stëmmen, 2014) et ensuite dans Le nozze di Figaro du même compositeur (Opera Studio internazionale “Silvio Varviso” – Edizione 2015), tous deux sous la direction du chef d’orchestre italien Umberto Finazzi (Accademia Teatro alla Scala di Milano). Lors d’une classe de maître au Luxembourg, elle a la chance d’affiner son apprentissage auprès de la cheffe de chant et pianiste italienne Enza Ferrari. Elle collabore régulièrement depuis deux ans avec le pianiste et chef d’orchestre David Miller pour divers projets tels que Le nozze di Figaro de Mozart, le Requiem de Giuseppe Verdi …
Zoé Hoybel est, depuis septembre 2017, la pianiste et cheffe de chant de la compagnie lyrique I Giocosi fondée par Mathias Guillaumond-Kopytto et par la basse Daniel Ottevaere dont elle accompagne régulièrement les masterclasses (Académies du Grand Nancy, Rencontres Musicales Internationales d’Enghien…)
Elle est actuellement accompagnatrice des classes de chant lyrique de Francis Dudziak à l’École Normale de Musique de Paris et de Martine Postel au CRR de Caen.

Planifié Concerts à venir
76 rue de la Verrerie - 75004 Paris Carte